Derniers articles

jeudi 23 décembre 2010

Der des ders de l'année : wikileaks

Extraits du génial article de Médiapart "Nous sommes tous des wikileaks"...

A propos du jeune soldat "source de Wikileaks" et emprisonné en Virginie : 
Si, d'aventure, il s'avère que le soldat Manning est bien à l'origine de tous les scoops qui, en un an, ont fait la célébrité universelle de WikiLeaks – vidéo d'une bavure en Irak (« Collateral Murder »), rapports sur la guerre en Afghanistan, puis en Irak, et, maintenant, télégrammes diplomatiques –, ce sont ses motivations qui importent. A en croire ses courriels cités par la presse américaine et récemment cités par Le Nouvel Observateur (uniquement dans l'édition imprimée), ses agissements sont totalement désintéressés et profondément motivés par le choc ressenti en découvrant les mensonges proférés et les crimes commis au nom de son propre pays. « J'ai réalisé que j'étais résolument contre ce système auquel je prenais une part active », écrit-il, ajoutant : « Suis-je juste naïf, jeune et stupide ? Je ne crois plus qu'il y ait des gentils contre des méchants. Nous sommes mieux par certains côtés. Plus subtils, nous utilisons plus de mots et de techniques juridiques pour tout légitimer... mais il ne suffit pas d'être subtil pour avoir raison. »
Si, comme Ellsberg hier, Manning est la source de WikiLeaks, c'est un parfait lanceur d'alertes qui doit être défendu et soutenu comme tel : un citoyen qui fait son devoir en alertant le peuple sur des actes illégitimes commis par son propre gouvernement. « Quel est ton but ? » lui demande le hacker qui le dénoncera, lors de leurs échanges électroniques de mai 2010. La réponse du soldat Manning est d'un idéalisme aussi sincère que louable : « Avec un peu de chance, un débat mondial et des réformes. Si rien ne se passe, ça veut dire que l'homme est maudit en tant qu'espèce... Mais je veux continuer à croire à la société... Je veux que les gens voient la vérité... » Quant aux informations révélées, ajoutait-il, « elles appartiennent au public. C'est pour cela que je l'ai fait. Je suis aussi fou que cela. Je ne suis pas un sale espion qui collecte des renseignements... »

De La Boétie à Lu Xiaobo :
Dans son texte programmatique de 2006, déjà cité, Julian Assange inscrit sa démarche dans cette longue tradition de refus des servitudes volontaires qu'a inaugurée, en 1549, le fameux traité d'Etienne de la Boétie, le grand ami de Montaigne. « Chaque fois que nous assistons à un acte que nous estimons être injuste et que nous n'agissons pas, nous nous faisons les partisans de l'injustice, écrivait le fondateur de WikiLeaks. Ceux qui restent de façon répétée passifs face à l'injustice voient bientôt leur caractère se corrompre dans la servilité. »
Idéal de la responsabilité démocratique auquel fait écho l'engagement payé au prix fort de Liu Xiaobo, le récent prix Nobel de la Paix qui n'a cessé de répéter à ses compatriotes chinois que la démocratie, c'était d'abord leur affaire : « Une participation volontaire à la vie politique de la société et un partage conscient des responsabilités s'imposent comme les devoirs sacrés de tout citoyen. Les Chinois doivent comprendre qu'en démocratie, on est avant tout un citoyen et seulement ensuite un étudiant, un professeur, un ouvrier, un cadre ou un soldat. » Très logiquement, la Charte 08 qui lui vaut son emprisonnement pour onze ans demande, entre autres ruptures démocratiques, l'abolition de « toutes les restrictions politiques imposées à la presse » et la suppression du crime d'« incitation à la subversion contre le pouvoir de l'Etat ». « Nous devons cesser de considérer les mots comme des crimes », conclut-elle.

L'intégralité de l'article, soutien intelligent comme toujours à cette formidable source  aujourd'hui en danger, peut se consulter sur ce lien. Et pour faire un tour - en VO - vers la source en question : c'est par là.


lundi 20 décembre 2010

A vif - sursaut en voyant les news...

En parcourant les news yahoo - en fait, le titre : Le meurtre d'une mère de famille horrifie le Mexique
 m'avait fait tilt rapport à Llorona on The Rocks quand même... Je sais bien que c'est Le Figaro, mais  ils débarquent d'où ?
Les faits, en très bref  : à Ciudad Juarez, Chihuahua, la mère d'une activiste assassinée s'est fait tirer une balle dans la tête par l'accusé, qui a évidement pris la fuite. Le drame tourne en boucle sur les chaînes mexicaines. 
Et le journaliste du Figaro de s'apercevoir de l'existence des féminicides! 
Entre : "Le pays découvre avec effroi que même les mères endeuillées ne sont pas protégées contre la vague de violence qui frappe Ciudad Juarez."et "Ciudad Juarez était déjà connue pour être une des villes les plus dangereuses au monde pour les femmes. Amnesty rappelle que plus de 400 cas de «féminicides» (meurtres en raison du sexe de la victime) y ont été enregistrés au cours des années 1990.", comme si le pays n'était pas au courant de ce qui se passe là-bas depuis 1995... et comme si les féminicides avaient repris "juste là", alors qu'ils n'ont jamais cessé et que les chiffres des 400, 1 ne sont pas exacts, 2 oublient toutes les disparues non retrouvées, c'est lamentable. Je rappelle au passage que chaque année, les autorités de Juarez et du Chihuaha annoncent la "fin des féminicides". C'était le cas fin 2007. Ça a repris dès 2008. A moins de confondre 1998 et 2008 - il y a a le "8" qui peut prêter à confusion peut-être - il y a comme un couac au niveau du sérieux des renseignements pris par le journaliste...
Et plus grave, il fait involontairement le jeu de ceux qui tentent régulièrement d'enterrer cette violence. 
Amnesty international avait fait campagne en 2006 (1996 +10) pour aider les femmes de Juarez, il y a eu un film Bordertown, un documentaire et un livre : La cité des mortes, et j'en oublie. 

Bref, tout ça pour dire qu'un article aussi nul, racoleur "la pauvre mère de famille" et mal informé en cette fin 1990+10 où l'info se trouve quand même partout, ça fait peur et pitié.

Allez, je vais renouveler mon abonnement à Médiapart, moi.

lundi 13 décembre 2010

PUNK IZ NOT DED

.. Et ce blog non plus. Il est juste vraiment en sommeil jusqu'à janvier : La peau des rêves me prend énormément de temps, plus que je le pensais et avec ce que j'ai en plus à faire... Ben voilà. Donc, d'ici janvier... Une doll pour me faire pardonner! Bonnes fêtes!


lundi 6 décembre 2010

Cytheriae nominé aux prix SONY

Cette première édition du prix SONY du livre numérique a pour thème les littératures de l'imaginaire. Le président du jury et parrain de ce prix est Bernard Werber.
Créé à l’initiative de Sony et ses partenaires Lire et Lexpress.fr/culture, ce prix sera décerné au Salon du Livre de Paris (18 -21 mars 2011). Cette récompense sera remise par un jury de 10 lecteurs présidé par l‘écrivain Bernard Werber.
Le jury a reçu un livre électronique Reader® de Sony comportant la sélection des 10 livres retenus par Bernard Werber et la rédaction de Lire. Les avis du jury seront ensuite partagés sur les réseaux sociaux et dans les médias partenaires jusqu’au vote final.

Sélection : 

Cleer de L. L. Kloetzer (Denoël) 
Cytheriae de Charlotte Bousquet (Mnémos) 
La Ballade de Lila K de Blandine Le Callet (Stock) 
Le siècle bleu de Jean Pierre Goux (JBz & Cie) 
Les aigles puent de Lutz Bassmann (Verdier)
L‘éternité n’est pas si longue de Fanny Chiarello (L’Olivier) 
Lux Tenebrae d‘Éric Giacometti et Jacques Ravenne (Fleuve Noir) 
Mémoires de la jungle de Tristan Garcia (Gallimard) 
Rosée de feu de Xavier Mauméjean (Le Bélial) 
Seul à savoir de Patrick Bauwen (Albin Michel)

Et donc, Cytheriae est disponible en numérique... et voilà! Il n'y a plus qu'à croiser les doigts!

jeudi 2 décembre 2010

Juke boxe ado : en ligne, à découvrir

Je vous avais dit que j'étais orange, non ? La preuve, avec cette première incursion dans le juke box ados "en ligne"! Le jeu est simple : vous cliquez sur les petites pastilles (moi, c'est vert mignon) et vous les faites glisser dans le juke boxe. Vous pourrez m'écouter raconter Berlin by night en 1989... en robe pull orange! 
Pour tout savoir sur le Juke boxe ados, pour prifiter des lectures et animations autour de ce média : cliquez sur le lien.
Pour me voir "en vrai" (et peut-être en orange aussi!) au salon : 

Vendredi 3 décembre : 18H-20H stand Gulf stream (C11)
Samedi 4 décembre : 14H-16H stand Gulf stream (C11)

J'y serai en compagnie de Nicolas Cluzeau, Béatrice Egémar, Béatrice Nicodème, Lilian Bathelot et dédicacerai donc Noire lagune et Princesses des os. Je passerai aussi lundi, en fin de journée... 
A demain, donc!  (Berlin forever)




















mardi 23 novembre 2010

Sursaut!

Je ne résiste pas...

Noire Lagune dans le Juke box ados de Montreuil ? C'est par ici...
Et si vous cliquez sur "auteur" vous verrez une photo de moi en orange et découvrirez pourquoi je dédie cette session à mon ami et frère de plume Nicolas Cluzeau!

Allez, je retourne à mon roman...

vendredi 19 novembre 2010

A propos de L'Archipel des Numinées

Changement de blog... On ne peut rien faire avec over-blog. Alors, la nouvelle adresse est :


Vous pourrez avoir accès aux archives de l'ancien blog, et écouter la B.O. "boîtes à musique" de Cytheriae ! Bon voyage...

mercredi 17 novembre 2010

Belle au bois dormant

En ce moment : j'ai les cheveux trop courts, un roman en cours, un abécédaire "art, sexe & féminisme", une nouvelle à écrire pour hier, les dernière corrections d'Achéron, la co-écriture d'un jeu de rôles, une campagne S7M à préparer, des lectures en retard - sur les femmes, le féminisme et les pantalons entre autres. 
Alors, j'espère que vous ne m'en voudrez pas si durant quelque temps je mets ce blog en sommeil. 
Vous pourrez quand même me retrouver :
Ce dimanche 21, dès dix heures, au salon du livre de Creil.
Mardi 30, à partir de 22H au bar le Habibi (44 rue traversière, Paris 12ème). pour une soirée de lancement Llorona on the rocks en présence de l'illustrateur.
Les 3 et 4 décembre au salon du livre jeunesse de Montreuil.
Le 11 décembre, à partir de 14H, à la librairie des 4 chemins (31, rue de la clef, Lille) pour des dédicaces avec Fabien Fernandez.

mercredi 10 novembre 2010

AYESHA - Ange

J'ai acheté au salon d'Aix, dans la collection Intégrales sortie par Bragelonne pour ses dix ans, Ayesha - La Légende du Peuple Turquoise.

Dans les royaumes orientaux de Tanjor, le Peuple Turquoise est en esclavage depuis des millénaires. Mais il chérit une légende qui lui donnera un jour le courage de se révolter : la légende d'Ayesha, la déesse qui commandera aux étoiles et rendra la liberté à ses enfants condamnés.
La jeune reine Marikani n'est pas insensible à leur sort mais elle a d'autres soucis. De retour d'exil, elle espère rallier la cité d'Harabec et reprendre le trône dont on l'a écartée. Malgré tout son orgueil, elle aura bien besoin de l'aide d'Arekh, un galérien cynique et brutal dont elle a sauvé la vie. Ils n'ont rien en commaun. Leur rencontre va pourtant changer le destin de tout une civilisation, bien au-delà de ce qu'ils pouvaient imaginer.
Ceci est l'histoire d'une femme indomptable, de ceux qui l'ont aimée et de ceux qui l'ont trahie. C'est l'histoire d'une révolution.

A l'heure où j'écris ces lignes, j'ai presque terminé ce gros volume. C'est un excellent roman, avec une double thématique très forte, l'esclavage et le fanatisme,qui faitde cette trilogie un récit épique, tragique, jamais manichéen. Les personnages, attachants, sont portés par des forces qui les dépassent - et qui n'ont rien à voir avec les Dieux ou le Destin, mais bien plutôt leur éducation, leurs actes et ce que les autres projettent en eux. 
J'ai adoré - et je ne peux que le conseiller!!

vendredi 5 novembre 2010

Les Bijoux d'Alicia

Alicia a des doigts de fée, et crée de superbes bijoux de perles! Alicia est timide, aussi... Ci-dessous, une vidéo de ses créations... Pour la contacter ? Simple : vous lui envoyez un email, et le reste suivra!

mardi 2 novembre 2010

Llorona on The Rocks : trailer et souscriptions

Les souscriptions sont ouvertes ! Où, me direz-vous ? Sur le site d'Argemmios, et plus précisément en cliquant sur ce lien...


Quant au trailer, réalisé par Fab, le voici!


video

lundi 1 novembre 2010

Mi, début, réforme

Dilma Roussef est élue - et c'est plutôt une bonne nouvelle pour le Brésil.56 des voix, une jolie avance, non ? Si elle parvient à continuer les avancées de Lula, en y incluant un peu d'écologie, ce ne serait pas mal... Plus mitigé est le bilan de mi-manda d'Obama : je viens de lire un article de Médiapart, où on lui reproche essentiellement d'avoir sacrifié de nombreuses idées et de nombreux projets pour s'attirer les voix du centre, restant mou même sur des points qu'il avait promis de prendre en main - comme lla sécurité sociale ou  l'écologie : 

Le 31 mars, Barack Obama annonce un nouveau plan pétrolier qui prévoit d'ouvrir aux forages offshore de vastes zones de la côte atlantique, du golfe du Mexique et de l'Alaska. Aux yeux des défenseurs de l'environnement, c'est un mauvais poisson d'avril. Il va tourner au cauchemar trois semaines plus tard: le 22 avril, l'accident de la plate-forme Deepwater Horizon, installée par BP sur le puits de Macondo, tue onze personnes et provoque la plus grande marée noire accidentelle de l'histoire [...] les garde-côtes ont manqué de personnel et de moyens. Il a fallu attendre la fin mai, plus d'un mois après l'accident, pour que le président Barack Obama, réagissant à un sondage qui montrait que 60% des personnes interrogées jugeaient la réponse de l'Etat fédéral insuffisante, se décide à tripler les effectifs des équipes de secours!

L'intégralité de l'article est disponible sur Médiapart
Un autre article - celui qui faisait le bilan de ce mi-mandat disait grosso modo "avec la présidentielle de 2012 qui s'annonce, Obama va avoir à faire campagne, et donc surfer sur le compromis et le ramassage de voix"... 

Et pendant ce temps, en France, on enchaîne réforme sur réforme, toutes les structures républicaines de notre pays sont brisées, les unes après les autres, tout ce qui est social, humain disparaît - la dernière en date étant l'abrogation de la réduction d'impôts l'année du mariage, (c'est un "avantage", "avantage", comme le mot "privilège" est censé faire bondir le bon Français en lequel sommeille quelques restes de 1789, sur l'abolition des privilèges) toujours dans cette politique débile de "chasse aux niches", mais si possibles celles du "peuple", l'éducation est complètement saccagée, le ministère de la honte est toujours plus présent, tout ce qui est "vert" est systématiquement souillé, comme si toutes les réformes visaient à détruire radicalement le pays, le laisser brisé, en miettes - et peu importe la suite. Vendetta personnelle d'un mégalo ? Stratégie pour laisser le plus de merde possible au gouvernement qui succèdera et préparer 2017 ? l'un dans l'autre, et si l'on compare notre pays avec les USA - la comparaison semble stupide, mais on ne cesse de les avoir pour modèle, surtout dans ce qu'il y a de pire - ça me fait vraiment peur.
D'une, le fait qu'on tende à ne faire que deux grands partie. Deux, qu'on vote pour une "personne", non pour un programme (même si c'est toujours un peu le cas).Trois, que les personnes ne gouvernent que 4 ans effectifs sur 5 (sauf dans le cas actuel...) pour "faire campagne", et s'intéressent avant tout à leur cote de popularité... L'exemple de Obama bougeant parce que "60 de personnes sont pour" alors que les enjeux sont énormes, c'est aberrant. Quatre, et c'est à mon sens le plus inquiétant, que sous prétexte de rallier des voix, etc. on se retrouve avec un politiquement correct mâtiné de real politic, préférant ne pas trop chambouler les choses plutôt que prendre des risques... et servir son pays avant de servir sa personne.
Voilà. C'étaient les réflexions, abrégées, du matin.



mardi 26 octobre 2010

Petits mouchoirs et grosse grève

J'attendais ce film depuis pas mal de temps : le thème, "les petits mouchoirs" qui couvrent c"e qu'on cache aux autres, ce qu'on cache à soi-même, les acteurs, des trucs plus perso. Bref, Fabien et moi sommes allés le voir hier, et n'avons pas du tout été déçus. Ça parle d'amitié, d'égoïsme aussi, de déchirures. J'ai été particulièrement touchée par "David", le personnage joué par Benoît Magimel, ostéopathe amoureux de son plus vieux pote. Chacun des personnages fait écho, de manière plus ou moins marquée, à quelqu'un qu'on connait, chaque situation peut également faire écho. 
Il y a une page face-book dédiée : ici.
Et la B.O. est excellente.

Dans un tout autre ordre d'idées (quoi que... edes petits mouchoirs médiatiques...)  - mais positif : la raffinerie de Feyzin poursuit son piquet de grève et reçoit énormément de soutiens. Un extrait de l'article de Médiapart : 

Nous avons reçu entre 10.000 et 15.000 euros, et encore nous n'avons pas tout compté. Les chèques arrivent par la poste, ou par Paypal (virement en ligne sur Internet). L'argent est même bloqué sur Paypal pour l'instant, car nous avons dépassé la limite admise par le site! Mais nous allons régler ça très vite, et évidemment ceux qui le souhaitent peuvent continuer de nous soutenir par ce biais, ou par chèque. Les dons continuent d'affluer, de quelques euros à 500 euros. Quelques-uns viennent même de Belgique ou d'Allemagne. Aujourd'hui, le député André Gerin (PCF) est venu nous apporter 500 euros, le NPA ou Attac nous aident également.
Le midi surtout, beaucoup de gens viennent nous rendre visite. Des enseignants, des médecins, les pompiers sont venus apporter leur obole au piquet de grève, des retraités ont donné une petite pièce, des salariés du privé ont fait cadeau de leurs tickets-restaurant, de petits entrepreneurs locaux nous ont fait des chèques... Des maîtres de conférences de l'université de Lyon-III et de Paris-VIII nous ont fait parvenir des dons. Ce midi, plusieurs dizaines d'agents territoriaux de Venissieux nous ont apporté 1000 euros, d'autres de Vaulx-en-Velin des fruits, des légumes, de l'alimentation, etc., collectés auprès des commerçants.
Je n'ai jamais vu une telle générosité. C'est vraiment un soutien populaire, beaucoup d'ouvriers mais pas seulement. Ils nous remercient, écrivent des mots de soutien, nous demandant de tenir bon. C'est émouvant. A Grandpuits, les grévistes observent exactement le même élan. 
Avez-vous l'impression que vous soutenir, c'est pour eux un moyen de faire grève par procuration?
Oui, c'est ce que beaucoup nous disent. Ils ont l'œil rivé sur nous, nous disent qu'on peut être l'élément moteur qui pourrait contraindre le gouvernement à changer de position. Même si pour l'instant il reste inflexible. 

 Autant pour les média montrant des "usagers en colère" et autres "y en a marre" - anecdote au passage : je n'ai jamais vu des passagers, dans le train, aussi sympa et détendus qu'en ces temps de grève alors qu'ils prenaient les TGV qu'ils pouvaient.  La suite de l'article est en ligne sur Médiapart

lundi 25 octobre 2010

Back from the South

Quatre jours vraiment très sympa au Salon de l'imaginaire du Pays d'Aix, à Lambesc. Accueil dans une chambre d'hôtes aux petits airs de musée, lit à baldaquin et petit déjeuner à tomber (si vous allez sur la page Facebook de Sire cédric, vous verrez peut-être des photos), rencontres fort intéressantes avec des bibliothécaires, puis des collégiens de Rognes, le jeudi autour de Noire Lagune et le vendredi autour de La Marque de la bête, avec deux classes de troisième de Lambesc. J'étais assez inquiète à l'idée de retourner au collège - le côté "remember"... Mais ces rencontres ont été vraiment très agréables et enrichissantes! (Au passage, une bise à Erwan, Victor, Emma, Kevin et les autres).
Ca a été également l'occasion de faire connaissance avec des auteurs et illustratrices que je ne connaissais pas, de retrouver de vieilles connaissances, de découvrir le sosie de Théodora (en beaucoup plus altruiste, merci encore Claire), bref... De très bons moments !Et pour la peine, une tite doll...ça faisait longtemps!


mercredi 20 octobre 2010

Go to the South

Hier, j'étais en orange. Si si. Entre citrouille et piment. Aujourd'hui, je ne suis pas très réveillée, mais je pars tout-à-l'heure à Aix-en-Provence, pour le Salon de l'imaginaire du pays d'Aix :

Après deux jours de rencontres avec des collégiens, je dédicacerai donc mes romans sur le salon. Plus d'infos sur mon site, qui est en pleine mise à jour).
Ma "grosse sortie" suivante sera "La Ville aux Livres" de Creil (plein d'infos sur le site consacré )J.'y serai le dimanche 21 novembre, et participerai à un débat sur la fantasy... Plus d'infos, le moment venu!

mardi 19 octobre 2010

Manifestations et grèves

Comme d'habitude, je débarque : il a fallu un coup de téléphone matinal pour me pousser à reprendre le chemin de Médiapart et Rue 89, tout occupée que je suis avec ces histoires d'enregistrement. Et là, je découvre :
La garde à vue traumatisante de six lycéens de Fontainebleau... Ci-dessous, un extrait de l'article :

«Les jeunes gens de 15 à 16 ans ont été placés en garde à vue dans des conditions indécentes, menacés et humiliés par la police, leurs familles ne veulent pas laisser passer cette injustice et les pratiques dégradantes que leurs enfants ont subies»

Les six jeunes gens ont été arrêtés entre 13h15 et 14h15, à l'issue d'une manifestation, mardi 12, dans le centre ville de Fontainebleau par les forces de l'ordre. L'arrestation était musclée, l'un des jeunes se serait vu appliquer un sac de toile sur la tête, les bras tirés en arrière et frappé à plusieurs reprises. Pour les autres, la même méthode mais avec les capuches de leur jogging. Menottés, placés engarde à vue et accusés au final de rébellion à agent de la force publique, les lycéens ont vécu de l'intérieur les méthodes policières largement dénoncées depuis que le nombre de gardes à vue a explosé sous la politique du chiffre instiguée par le chef de l'état.
Cette manifestation n'avait pas vu de casseurs ou d'affrontements violents, pas d'agressions de policiers, de blessés, aucun flagrant délit au moment des faits.

La police prend son temps, les parents dans l'incompréhension.

Les adolescents étaient pour quatre d'entre eux (sur 6) inconnus des services de police : des élèves de seconde qui participaient à leur première manifestation. Le procès-verbal montré à des parents, truffé de fautes d'orthographes, indiquait que les jeunes étaient «recherchés». Les descriptions des lycéens ne correspondaient pas à la réalité, les jeunes ne savaient même pas qu'ils étaient «recherchés» lorsqu'ils ont été interpellés, chacun en train de déjeuner tranquillement en ville dans des lieux différents ou chez eux. Leur garde à vue a été une épreuve qu'ils n'oublieront pas de sitôt, et à l'écoute de leurs témoignages ainsi que ceux de leurs parents, on peut se poser la question de savoir si la motivation principale de la policede Fontainebleau n'était pas d'humilier, impressionner, apeurer. Lamarque indélébile que ces policiers ont laissée à ces adolescents n'est pas prête de s'effacer : déshabillés (en caleçon), à 3 dans une cellule de 4 mètres carrés couverte de vomi, d'excréments, d'urine, l'un d'entre eux d'origine Africaine frappé à plusieurs reprises, dans une voiture de Police et dans sa cellule. Les parents témoignent des ricanements des policiers, de leurs menaces à peine déguisés sur l'issue judiciaire (voir interview de la mère d'un des jeunes).


L'intégralité de l'article de Médiapart se trouve sur ce lien.

Dans le même temps, la loi Besson sur l'immigration est voté, et adoptée. Utiliseraient-ils les grèves et l'indignation liée aux violences policières, toujours plus nombreuses, pour faire passer... ça ? 
Encore une fois, un extrait de l'artcile de Médiapart, dont l'intégralité peur se lire ici

Avec 294 voix pour, 239 contre et 23 abstentions, le projet de loi sur l'immigration, l'intégration et la nationalité a été adopté, mardi 12 octobre, à l'Assemblée nationale, en première lecture. De l'extension de la déchéance de la nationalité au bannissement des sans-papiers expulsés en passant par la création de nouvelles zones d'attente, la limitation du rôle des juges des libertés ou encore la mise en cause du droit au séjour des étrangers malades, la totalité des mesures répressives défendues par le gouvernement ont été votées.
Présenté par Éric Besson, ce texte intègre la plupart des annonces ultra-sécuritaires faites par Nicolas Sarkozy dans son discours de Grenoble du 30 juillet 2010. Seule la suppression de l'acquisition automatique de la nationalité à 18 ans pour les mineurs «délinquants» a été mise de côté. Pour l'instant, tout du moins. Sans perdre de temps, le jour même du vote solennel, une mission parlementaire d'information sur le droit de la nationalité a été créée à la demande de Claude Goasguen (UMP). Jugeant la question prioritaire, le chef d'État avait fait savoir, auparavant, son intention de mettre en place une commission de «sages» sur ce thème.

Liberté, égalité, fraternité...  Adieu.






lundi 18 octobre 2010

Montreuil : Juke boxe ados

Je l'avais peut-être déjà évoqué, mais Noire Lagune est cette année dans la sélection du jukebox ados 2010 au Salon de Montreuil. C'est super, non ? Mais n"'imaginez pas que je sois conviée à y aller les mains vides... Un jukebox ne peut exister sans titres, et parmi ceux-ci on me demande un objet, un livre, un film, moi ado (cauchemardesque, celui-ci), une musique... Plus de renseignements par ici ou par là!


Pas très ado, mais tellement... Bref, ce n'est certainement pas ça que je choisirai!
Et je profite de ce post pour signaler que Princesses des os dont vous avez pu lire un extrait ici, sort officiellement le 28 octobre dans la même collection - courants noirs, donc.

mercredi 13 octobre 2010

Lectures du Maroc

J'ai emmené pas mal de choses à lire, cette fois-ci. Balzac, Frost, Clavel et Nicodème. J'évoquerai dans ce court billet écrit juste avant de faire ma valise les deux derniers.
Les Gentlemen de la nuit, d'abord.  paru fin août aux éditions Gulf Stream, dans la collection Courants noirs.

Cela se passe sur l'île de Wight, en 1786. On y suit les tribulations d'une famille de contrebandiers, menée d'une poigne de fer par Ezebener, le patriarche, les amours naissantes de sa fille, Elisabeth et d'un jeune médecin, Gabriel... On essaie surtout d'y démasquer un traître qui, en cheville avec les gardes-côtes, menace Ezebener et les siens. Et quand le meurtre d'un dragon est commis, tout s'accélère... Très agréable à lire, avec des personnages attachants, dans la droite ligne de la "littérature de naufrageurs", Les Gentlemen de la nuit ont pour moi des accents de Daphné du Maurier et j'ai vraiment apprécié! 
Fabien Clavel, ensuite. 


Avec Soleil des abysses, plongée vertigineuse et angoissante dans un monde sous-marin... A bord du vaisseau, un équipage étrange et... des traitres. Un huis-clos très réussi, chez Mango (collection autres mondes). 
Avec Le Châtiment des flèches, ensuite, paru en septembre dernier aux éditions Pygmalion. Fantasy historique (adulte), ce roman est à mon sens le meilleur de Fabien Clavel, le plus riche et le plus... plein de choses. J'avais adoré L'Antilégende et La Cité de Satan, Homo Vampiris aussi, mais il y a dans celui-ci un truc en plus, qui vous prend aux tripes et ne vous lâche plus. Il y a l'ambiance, bien sûr, le western sergioléonien, le vent âpre, les visages bruinés, les odeurs de chevaux, et de l'autre côté les parfums métalliques, maladifs d'Istvan et des siens (àce propos, Fabien Clavel évite les clichés "gentils païens contre méchants chrétiens", et c'est bien agréable). Il y a aussi des personnages, "bigger than life" comme Koppany ou Sarolta, plus énigmatiques comme Farkas et, pour moi mais c'est probablement parce que je ne susi aps objective, duna, la chamane, âme de la terre magyare. Et enfin, il y a les motifs récurrents aux romans de Fabien Clavel - qui font de cette fresque un roman vraiment profond, prenant et auquel je souhaite plein de prix. Vraiment.


vendredi 8 octobre 2010

Princesses des os - Prologue (extrait)

Rome, an 120 de notre ère, à l'aube du règne d'Hadrien.
Des enfants disparaissent, parfois en plein jour, sans que les mystérieux ravisseurs soient inquiétés par les autorités de la ville. Cette série d'enlèvements pourrait bien être orchestrée par un marchand d'esclaves. À moins qu'elle ne soit l'œuvre d'un fou... Nul ne s'en soucie, jusqu'à ce que Titus Clarus, héritier d'une famille patricienne, soit à son tour enlevé. Chargé de l'enquête, le centurion Buculus trouve une piste qui mène à Sextus  des Bleus, l'étoile montante des auriges. Révoltées par l'incompétence de Buculus, Lucretia Clara Severa, cousine de Titus, et son esclave, Dîn, décident de mener leurs propres investigations. Les voici entraînées dans les bas-fonds de Vélabre où sévissent les pires voleurs, trafiquants et assassins. Mais à Rome, rien n'est simple et de noirs complots peuvent en cacher de plus terribles encore.

Sortie le 28 octobre.


Début du prologue
Le soleil s’est couché depuis longtemps. Un silence étouffant règne sur les sept collines, à peine troublé par les chants qui s’élèvent, de loin en loin, dans l’obscurité. Cette première nuit de Feralia est sacrée. Dangereuse, aussi : spectres et esprits mauvais, échappés du monde souterrain, sont libres de parcourir le monde des vivants. Cloîtrés chez eux, les Romains prient, espérant que les couronnes de violettes, le pain et le vin pur offerts à leurs défunts suffiront à les apaiser. Dans une riche demeure retentit le cri perçant d’un nourrisson happant sa première goulée d’air. La sage-femme le prend aussitôt dans les bras. C’est un garçon : le bâtard du maître, vigoureux et fort comme lui. Mais sa naissance est un accident qui n’aurait jamais dû se produire. Ignorant la mère, l’accoucheuse emporte le petit. Munie d’amulettes protectrices pour se garder des fantômes et d’une torche pour les effrayer, elle quitte la majestueuse bâtisse. D’un pas pressé, elle dévale la colline vers la vallée de l’Aventin. Rapidement, les pavés laissent place à de la terre battue, les belles façades, à des bicoques et des insulae bringuebalantes. Enfin, elle atteint sa destination : un terrain vague encombré de détritus. Des grognements rauques et des aboiements résonnent dans l’obscurité. L’éclat de prunelles phosphorescentes se reflète à la lueur de son flambeau. Elle dépose son paquet, abandonne le bébé au sort que lui ont réservé les divinités. À peine la lumière jaune de son fanal s’est-elle éloignée qu’un chien famélique s’approche, suivi par
ses frères. Excités par l’odeur encore prégnante du sang, ils bondissent vers le nouveau-né, prêts à le dévorer sans lui laisser le temps d’une plainte. De l’obscurité jaillissent soudain trois formes armées de faux. Elles chassent les bêtes à coups d’invectives, de lames tranchantes, et s’emparent du petit d’homme. Puis, abandonnant les bêtes blessées à leur meute, les
silhouettes s’éloignent, gloussant et caquetant comme de vieilles pies. Au carrefour des chemins, sous l’œil froid et terne
d’une statue d’Hécate2, elles se séparent. Deux d’entre elles emportent dans des linges souillés leur prise grelottante, la troisième s’éloigne, courant presque, vers les portes de Rome : on l’attend.

mercredi 6 octobre 2010

Le Cirque Romanès menacé

En vitesse, les liens vers différents articles évoquant cette affaire, ausssi injuste qu'ignominieuse.
Lien vers l'article du Post
Lien vers l'article de ARTE journal

PETITION DE SOUTIEN au CIRQUE TZIGANE ROMANES

 Attention !! Les personnes qui proposent des tee-shirts ou tout autre chose à acheter  aux signataires de cette pétition ne sont pas des membres du cirque. L'argent qu'ils gagnent  ainsi en profitant de cette cause ne va absolument pas au Cirque Romanes !!!! Nous n'approuvons pas ce type de procédé !! Le seul contact valable pour aider le cirque est cirque.romanes@wanadoo.fr
Le cirque Tzigane ROMANES à Paris, fait aujourd'hui partie du paysage artistique européen.

«Nous les Tziganes,on nous accuse de tout et notamment d'envoyer nos enfants faire la mendicité et voler; il faudrait une bonne fois pour toute savoir ce que l'on veut: je demande aux parlementaires français d'avoir la gentillesse de ne pas jeter mes enfants dans la rue et de leur permettre d'apprendre et d'exercer un métier merveilleux que nous nous transmettons de père en fils depuis plusieurs siècles» Alexandre ROMANES

Afin de permettre au Cirque ROMANES de continuer son activité, nous demandons aux autorités françaises:

De réattribuer aux musiciens du Cirque ROMANES les autorisations de travail qui leur ont été injustement retirées.

D'autoriser le Cirque ROMANES à employer les artistes roumains et bulgares avec qui ils veulent travailler.

De demander au Procureur de la République d'abandonner les poursuites infondées à l'encontre du cirque et de ses dirigeants.

Pour signer la pétition et voir les signataires : cliquer sur ce lien.  

Le site du cirque Romanès est sur ce lien... Juste là.  

mardi 5 octobre 2010

Il faut lire Noam Chomsky

ceci est également valable pour votre servante, qui en a entendu parler maintes fois, mais n'a jamais pris la peine de se pencher plus avant sur la "bête". Ci dessous, un extrait de sa contribution à Pressenza...

1/ La stratégie de la distraction
Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

L'intégralité est consultable sur ce lien,  et moi je vais rattraper mes carences culturelles des mon retour du Maroc.

mercredi 29 septembre 2010

Une pétition RESF

Copier-coller RESF :

Le 21 septembre 2010 a eu lieu un rassemblement de soutien devant la préfecture de Bobigny (93) "Contre les conditions d’accueil et le traitement des dossiers des étrangers à la préfecture de Bobigny"
Pour la première fois, dix-huit organisations investies dans la défense des étrangers et la lutte contre les discriminations ont synthétisé leurs observations dans un Livre noir élaboré en commun, qui dénonce les conditions d’accueil réservées aux étrangers à la préfecture de Bobigny (93). Les constats, partagés par des élus du département et des syndicalistes, sont étayés par de nombreux exemples très concrets.

Intégralité du rapport et pétition à signer sur ce lien


lundi 27 septembre 2010

Sauvetage de chats et chiens à Rambouillet

Tout commence par un appel au secours : une vieille dame partant en maison de retraite, ses enfants décident de faire euthanasier la quinzaine de chats qu'elle possède. L'association Sauve décide de récupérer les chats le temps de les placer... En fait de "quinze chats", il s'agit plutôt d'une bonne trentaine d'animaux, chats et chiens, vivant dans des conditions effroyables, sans nourriture et maltraités. Sauve procède donc au sauvetage de ces minous, dont la plupart doivent être urgemment soignés.  Il y a également deux chevaux et des chiens, donc... 
Premier lien ici.

Voici le copier coller du dernier article du blog de Sauve : 

Nous sommes retournés à Rambouillet pour récupérer encore quelques chats.
Les animaux vivent dans des conditions effroyables.
Les chiens vivent enfermés dans leurs excréments. Un setter vit dans un couloir. Deux pékinois, ne pouvant plus marcher à cause de leurs griffes trop longues pénétrant leur chair,  vivent sur une chaise dans une chambre.
De très nombreux chats sont très malades voire mourants.
Quasiment aucun de ces animaux n'a plus de cinq ans. Ils meurent tous de diarrhées et de dénutrition.
Nous lançons un appel aux dons exceptionnels pour financer les frais vétérinaires qui vont être très lourds.
Nous avons également besoin de familles d'accueil  qui accepteraient de prendre  ces chats une fois qu'ils seront plaçables et en meilleure santé. Nous souhaiterions également trouver des bénévoles pouvant passer à l'association pour l'entretien des locaux.
Nous comptons bien évidemment sur les autres associations pour venir nous aider.
Voici les photos...
Désolée pour leur violence, mais elles rendent parfaitement compte de la gravité de la situation :
 
 


 
    Chat mourant  rempli de mouches
 


 

  Autres chats


 
 



  Couloir dans lequel vit le setter
 
 


 

Urine du chien dans le couloir
 
 


 

Dans la chambre de la dame, le chien ne peut vivre que sur une chaise....

Le reste sur le blog de l'association Sauve

Vous pouvez envoyer vos dons ou vous proposer pour accueillir les rescapés en contactant Rivka :  contact@association-sauve.fr

mercredi 22 septembre 2010

Liévin

Ce blog n'est pas mort. Juste... en torpeur pour cause de bouclage de roman. Comme le site, d'ailleurs. Il n'est pas "en sommeil", il attend une éclaircie. 
En attendant une reprise plus constructive...


Au programme : l'exposition de Fabien, Croquemitaines et le dimanche, un goûter-rencontre à 16H autour de l'album, une table ronde dont je ne peux trop vous parler pour le moment. Et tout cela, en présence de nombreux auteurs et illustrateurs invités!

mercredi 8 septembre 2010

Rentrée des petits éditeurs de l'imaginaire



Comme en 2008 et 2009, éditeurs indépendants et fanzines vous donnent rendez-vous pour vous présenter leurs nouvelles parutions (et les autres aussi) en fantastique, fantasy, science-fiction et autres domaines de l'imaginaire moins aisés à définir. Venez nombreux !

Editeurs exposants :

ActuSF, Ad Astra, Argemmios, Asgard, Le Carnoplaste, Catharsis ("Borderline"), CDS éditions Celephaïs ("Black Mamba", "Héros"), Club Présence d'Esprit, Crit...ic, Griffe d'Encre, Libellus, Lokomodo, La Madolière, Malpertuis, Mille Saisons, Parchemins et Traverses, Temps Impossible, Transition ("Eveil", "Pénombres").




Auteurs présents:
Samantha Bailly, Nico Bally, Karim Berrouka, Charlotte Bousquet, Jean-Michel Calvez, Nicolas Cluzeau, Robert Darvel, Nathalie Dau, Jeanne-A Debats, Xavier Dollo (Thomas Geha), Nicolas Eustache, Jacques Fuentealba, Romain Lucazeau, Guillaume Suzanne, Yohann Vasse, Laurent Whale.



Illustrateurs présents:
Fabien Fernandez, Mathieu Coudray, Nicolas Trève, Zariel.

Toutes les infos sur ce lien. A samedi!  

lundi 6 septembre 2010

Liberté, égalité, fraternité

Avant-hier, Fabien, Thomas et moi sommes descendus dans la rue, comme des dizaines de milliers de personnes, pour soutenir tous ceux que les actions du gouvernement a pris comme bouc émissaire pour masquer ses échecs, son inanité et sa politique de voyou : sans-papiers, mais surtout Roms, victimes dèscet été d'expulsions massives et violentes  et, depuis des années, de discriminations dnt il a déjà été plusieurs fois question sur ce blog. En ce moment, je dois reconnaître que ma tendance "sociale" ou "humaine" penche plutôt vers le pessimisme. L'indifférence des gens dans le métro devant ceux qui font la manche,la non-mobilisation, le racisme ou tout simplement les propos ahurissants de gens qui continuent à ânonner les phrases toutes faites qu'on nous sert depuis trois ans sans discontinuer mais si on regarde attentivement, depuis plus longtemps en fait sur la nullité des fonctionnaires, les gens qui ont trop de vacances, trop de privilèges, etc., les propos sécuritaires et j'en passe, sans compter ceux qui s'accrochent mordicus au fait que "l'autre aurait été pire", alors qu'il s'agit avant tout d'idées et de programme et l'abstention aux dernières élections était selon moi aussi grave que celle de 2002. Mais bref, ce n'est pas l'objet du billet du jour. Je suis donc écrivais-je assez pessimiste en ce moment...
Sauf que la manifestation de samedi m'a vraiment remis du baume au cœur : les manifestants étaient issus de tous les milieux, étaient d'âge très différents (de cinq à soixante dis-sept ans), plutôt contents de manifester, des tracts (j'avais prévu de photographier un patchwork de certains d'eux, comme "Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?" ou "Bienvenue en France", ou encore "Rom" avec le triangle noir, très explicite...évidemment je n'ai pas eu ceux-là) et je me suis surprise à scander, tout émue "liberté, égalité, fraternité avec les sans papiers". D'habitude, je n'aime pas trop chanter, crier, scander - par timidité peut-être. Mais là, c'est venue tout seul et très bizarrement je me suis aperçue que ces trois mots comptaient, du genre étaient profondément ancrés dans mes tripes. Ça m'a fait tout drôle...
En lien, la pétition de la ligue des droits de l'homme : ici
Et ci-dessous, des extraits de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen :

Article premier
Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. 

Article II
Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. 

Article XI
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

A cela, j'ajoute des extraits de la Déclaration universelle des droits de l'homme :

Article 13

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15

1. Tout individu a droit à une nationalité.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.



vendredi 3 septembre 2010

Comme ils s'imaginent : l'émission est en ligne!

video
Et encore un petit peu d'ego pour cet entretien réalisé au Imaginales 2010 et diffiusé par Images Plus (Vosges télévision).. Merci à Laure Girard, pour sa gentillesse et la pertinence de ses questions!

jeudi 2 septembre 2010

Loin des cimes enneigées

J'aurais pu écrire "Loin de Ris Orangis" mais c'eut été plagier les traducteurs de Carter Brown pour son roman Dumdum murder. Et puis, le blog du jour n'a pas pour objet les polars, enfin, pas directement... Disons que septembre commence plutôt bien : après le prix Elbakin 2010 pour Cytheriae, j'ai appris il y a deux jours que Noire lagune (polar, donc mais historique) était sélectionné pour le Juke Box ados de Montreuil. Toutes les infos sont disponibles sur le blog de Courants noirs. Je suis très heureuse que ce roman ait été choisi, d'autant que cela contribuera à faire connaître un peu plus la magnifique collection de Thierry Lefèvre. (Fleurs de dragons, de Jérôme Noirez, aveit déjà participé au Juke box en 2008).
Comme je suis en retard et débordée sur tout un tas de trucs, je n'ai pas eu le temps de mettre mon site à jour. D'ici là, et comme certains ont demandé où me "croiser" :

Pour CDS éditions (et quelques Croquemitaines)
 Rentrée littéraire des petits éditeurs de l'imaginaire : le samedi 11 septembre 2010 à partir de 14 h, sur la terrasse du bar Le Pavillon du Lac, dans le parc des Buttes-Chaumont.

Au salon du livre de Liévin les 25 et 26 septembre
Fabien y exposera les Croquemitaines, également.

Le 16 octobre à Villepreux pour le Salon des écrivains

Et enfin... 

Du 20 au 24 octobre au Festival de l'imaginaire du Pays d'Aix

C'est la fin de ce petit billet en mode "moi moi"... Bon week-end à tous et n'oubliez pas de manifester samedi!

mercredi 1 septembre 2010

Le 4 septembre

Ci-dessous, un extrait de l'appel citoyen de la Ligue des droits de l'homme et l'appel à la manifestation national du quatre septembre prochain. Si vous êtes parisien, peut-être nous y croiserons-nous ?
 
 
Appel citoyen : « Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité »
 
Les plus hautes autorités de l’Etat ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Roms et Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc.
Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.
Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires, ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.
La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».
Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.
Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.
Nous appelons à une manifestation le samedi 4 septembre 2010, place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France, afin de fêter le 140e anniversaire d’une République que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle.

Pour signer l'appel citoyen en ligne, par ici
A lire d'urgence : les articles du site de la LDH.

Post-scriptum : en parcourant Mediapart, j'ai vu que l'université d'été de l'UMP avait été assez catastrophique, Fillon et quelques autres tentant de se désolidariser de la politique de droite extrême mise en place par Hortefeux et Besson. N'est-il pas un peu tard pour s'indigner ? Avant les Roms, il y avait l'odieuse expulsion des sans-papiers, aussi... Moins montrée du doigt, peut-être ? 

jeudi 19 août 2010

Roms : nouveaux bouc émissaires...

Pour faire oublier échecs, scandales , malhonnêteté et malversations, pour faire oublier l'inanité d'un gouvernement, d'un chef d'état, pour dissimuler les méfaits d'une politique désastreuse, rien de mieux qu'activer les rouages de la peur de l'autre, de la discrimination ; rien de mieux que les bouc émissaires. Le processus, qui date de Mathusalem, est depuis longtemps éprouvé : de la guérisseuse du coin au Juif, du voisin "qui n'est pas comme nous" au Rom, sans compter ceux qui par leurs moeurs, couleur de peau, religion deviennent les "autres", le choix est large. Depuis des années - 1995, puis 2002 si l'on regarde bien - cet autre, l'étranger est stigmatisé par la politique, comme "celui par qui le scandale arrive", puis "le délinquant potentiel", puis... étranger = délinquant. Le délit de faciès est devenu monnaie courante, pas seulement dans la police à qui on apprend qui arrêter en priorité mais semble-t-il également à l'école cf. sur ce lien). Il y a peu, à Berlin, Fabien et moi avons visité le musée Anne Frank. L'une des choses qui m'ont le plus marquée, c'est les photographies de gamines des Jeunesses hitlériennes acclamant le Führer. Une autre, les formulaires destinés à déterminer le pourcentage de sang juif dans les veines (et autoriser ou non un mariage). Je n'e trouve pas le formulaire mais voici un extrait du programme du parti nazi en 1920 :

Programme du Parti Nazi (1920)
1. Nous demandons la constitution d'une Grande Allemagne. [...]
4. Seuls les citoyens bénéficient des droits civiques. Pour être citoyen, il faut être de sang allemand, la religion importe peu. Aucun Juif ne peut donc être citoyen.
5. Les non-citoyens ne peuvent vivre en Allemagne que comme hôtes et doivent se soumettre à la législation sur les étrangers.
6. Le droit de diriger l'Etta et de faire les lois est réservé aux seuls citoyens. Nous demandons donc que toute fonction publique ne puisse être tenue par des non-citoyens.
7. Nous demandons que l'Etat allemand s'engage à procurer à tous le citoyens des moyens d'existence. Si ce pays ne peut nourrir toute sa population, les non-citoyens devront être expulsés du Reich. [...]
23. Nous demandons une lutte contre le mensonge politique et contre sa prpopagation par les journaux. Pour permettre la création d'une presse allemande, nous demandons que :
          a) tous les directeurs et journalistes des journaux de langue allemande soit des citoyens allemands ; [...]
          c) soit interdite par la loi toute participation financière ou toute influence des non-allemands [...]
24. Nous demandons la liberté en Allemagne de toutes les religions, dans la mesure où elles ne mettent pas en danger ou n'offensent pas le sentiment moral de lma race germanique. [...] Le Parti combat l'esprit judéo-matérialiste. [...]
Munich, le 24 février 1920

Récupéré sur cet excellent site ici
Je cite, ci-dessous quelques extraits du Journal d'Anne Frank, récupérés par là.

A partir de mai 1940, c’en était fini du bon temps, d’abord la guerre, la capitulation, l’entrée des Allemands, et nos misères, à nous les juifs, ont commencé. Les lois antijuives se sont succédé sans interruption et notre liberté de mouvement fut de plus en plus restreinte. Les juifs doivent porter l’étoile jaune ; les juifs doivent rendre leurs vélos, les juifs n’ont pas le droit de prendre le tram ; les juifs n’ont pas le droit de circuler en autobus, ni même dans une voiture particulière ; les juifs ne peuvent faire leurs courses que de trois heures à cinq heures, les juifs ne peuvent aller que chez un coiffeur juif ; les juifs n’ont pas le droit de sortir dans la rue de huit heures du soir à six heures du matin ; les juifs n’ont pas le droit de fréquenter les théâtres, les cinémas et autres lieux de divertissement ; les juifs n’ont pas le droit d’aller à la piscine, ou de jouer au tennis, au hockey ou à d’autres sports ; les juifs n’ont pas le droit de faire de l’aviron ; les juifs ne peuvent pratiquer aucune sorte de sport en public. Les juifs n’ont plus le droit de se tenir dans un jardin chez eux ou chez des amis après huit heures du soir ; les juifs n’ont pas le droit d’entrer chez des chrétiens ; les juifs doivent fréquenter des écoles juives, et ainsi de suite, voilà comment nous vivotions et il nous était interdit de faire ceci ou cela. Jacques me disait toujours : "Je n’ose plus rien faire, j’ai peur que ce soit interdit.
(20 juin 1942)

Margot est apparue tout excitée à la porte de la cuisine. "Il est arrivé une convocation de SS pour Papa, a-t-elle chuchoté, Maman est déjà partie chez M. Van Daan." (Van Daan est un ami et un associé de Papa).
Cela m’a fait un choc terrible, une convocation, tout le monde sait ce que cela veut dire, je voyais déjà le spectre des camps de concentration et de cellules d’isolement et c’est là que nous aurions dû laisser partir Papa. "Il n’est pas question qu’il parte", affirma Margot pendant que nous attendions Maman dans le salon. "Maman est allée chez Van Daan demander si nous pouvons nous installer demain dans notre cachette. Les Van Daan vont se cacher avec nous. Nous serons sept." Silence. Nous ne pouvions plus dire un mot, la pensée de Papa, qui, sans se douter de rien, faisait une visite à l’hospice juif, l’attente du retour de Maman, la chaleur, la tension, tout cela nous imposait le silence. (...)
(8 juillet 1942)

Les nazis n'ont pas déporté et exterminé seulement des Juifs - parmi leurs cibles les Tziganes Au total, plus de 500 000 Roms ont été exterminés durant la guerre. En fouillant ce matin sur différents sites, je sui tombée sur celui de Bagnolet en vert. Et voici ce que je lis : 

Les Roms qui s'étaient réfugiés dans l’ancienne gare (abandonnée) de la déportation de Drancy, viennent d'être expulsés … pour permettre la cérémonie de la déportation !
Quand on se souvient du lourd tribut payé à la folie nazie par le peuple Rom lors de la dernière guerre mondiale, on ne peut que partager l’indignation des associations comme Médecins du Monde, le MRAP, la CIMADE (…) :
A Bobigny, la Préfecture considère que les Roms sont indésirables dans les cérémonies de commémoration du génocide nazi.
Le 22 avril 2009 à 7h du matin, la police nationale a procédé à Bobigny à l’expulsion de plus de 200 personnes qui occupaient l’ancienne gare de déportation de Drancy. Neuf caravanes qui tardaient à libérer le terrain ont été emmenées à la fourrière et leurs propriétaires physiquement empêchés de récupérer les affaires qu’elles contenaient (médicaments d’une personne sous dialyse, pièces d’identité, dossier médical d’une femme enceinte, argent…).

La suite est sur leur site.
J'y ajouterai deux extraits d'un article sur les Sinti et Roms déportés à Natzweiler et le lien vers celui-ci. 

A partir de 1933, les Sinti et Roms qui vivaient en Allemagne perdirent leurs droits au même titre que les Juifs, et furent persécutés par le régime nazi. A la fin de l'année 1938, le Reichsführer-SS Heinrich Himmler ordonna leur recensement. Dans le cadre d'<> soi-disant scientifiques, les 24 000 expertises réalisées furent un préliminaire du génocide de cette minorité qui vivait dans le pays depuis six cents ans.

Les premières grandes vagues d'internement de ces populations à Natzweiler étaient déjà liées aux expériences sur le typhus exanthématique planifiées par le bactériologue Eugen Haagen. Il avait réclamé 100 Sinti et Roms détenus au camp d'Auschwitz dans le but de s'en servir comme <> pour tester un nouveau vaccin contre cette forme de typhus à la demande de l'armée de l'air allemande (Luftwaffe). Ses <<études>> avaient reçu un financement officiel de la part de la Deutsche Forschungsgemeinschaf (Fondation allemande de la recherche).

L'intégralité de l'article se trouve sur le lien de l'UFAC Bagnolet.

Aujourd'hui, en plus des "sans-papiers", des délinquants (forcément de couleur) et des propositions anticonstitutionnelles, et honteuses de déchéance de nationalité, le gouvernement stigmatise les Roms, "gens du voyage" ou "ces gens-là" et en fait sa priorité. Au point de faire réagir le conseil européen, et de manière plus virulente - et totalement justifiée, les ministres bulgare et roumain. L'article du Monde est en lien ici.
Je termine cet article en vous renvoyant vers le blog de Tintin en Sarkozye sur Médiapart. L'article a pour titre "Je suis un étranger d'origine française"...