Derniers articles

jeudi 29 juillet 2010

Confusion

Confusion, court-métrage d'Alexandra Robin, est diffusé cette semaine sur Téléplaisance.Il sera diffusé demain, aux alentours de midi et vers dix-huit heures, puis d'autres jours, à dates indéterminées.
En attendant,  voici le lien vers le court-métrage!


mardi 27 juillet 2010

Lettres aux ténèbres

Plus proche que Llorona... Puisque Lettres aux ténèbres et autres récits vampiriques  sera disponible, chez Rivière Blanche, dès le premier août. Là encore, la couverture est de Fabien Fernandez. 
Voici le 4ème de couverture :
" Ce ne sont pas les masques qui auront eu raison de moi, à la fin - mais le reflet du néant. "

Paris, de nos jours. Une ancienne captive, délivrée des chaînes du monde par le baiser vampirique. Un Tzigane, éveillé à la nuit pour venger les siens. Ambre et Lazzo, deux êtres au bord de l'abîme et de la folie. Leur ennemi ? Il Carnefice, un alchimiste aux appétits monstrueux, déterminé à les détruire. Leur seul espoir ? Une alliance. Mais peut-on briser des murs forgés par des siècles de solitude et de peur ?

Pour cette édition révisée et augmentée de Lettres aux ténèbres et des récits qui font suite, Charlotte Bousquet a invité Jean Marigny, Justine Niogret, Gabrielle Triest et Estelle Valls de Gomis, amis de plume et amateurs de vampires, à la rejoindre.


Lettres aux ténèbres fait indéniablement partie de ces ouvrages précieux que l'on a envie de terminer le plus lentement possible afin d'en saisir toute la substance et profiter un maximum du plaisir de lecture qu'il offre.
Vampirisme.com

En mêlant à l'univers vampirique des pensées philosophiques (et surtout en le faisant de la bonne manière), Charlotte Bousquet signe ici un ouvrage à la fois original, intéressant et intelligent.
Elegy

Et vous pouvez découvrir l'extrait d'une nouvelle et commander dès à présent sur le site de Rivière BlancheLettres aux ténèbres était paru une première fois aux éditions Le Calepin Jaune, en version illustrée, mais sans invités. Cette version remaniée regroupe quasiment tous mes textes (roman, novella, nouvelles) ayant les vampires pour objet. 
Et une fois encore, merci à Philippe, Jean, Estelle, Gabrielle, Justine, Alain et Rémy d'avoir rendu ce LAT2 possible!
 

dimanche 25 juillet 2010

Llorona On The Rocks

Nous avons eu les "autorisations officielles" et, bien qu'il soit un peu tôt pour annoncer avec guitarras et rancheros la sortie officielle du titre - novembre si tout va bien - je ne puis m'empêcher de craquer à mon tour et de vous montrer ici le visuel de la couverture (signée Fabien Fernandez) et le 4ème de couverture. 


 « Les fées, c’est comme la Vierge de Guadalupe, j’ai cessé d’y croire à dix ans. Quand j’ai tué pour la première fois. »

À Ciudad Juarez, des femmes sont assassinées. Pour le sexe. Pour le fun. Pour leurs organes, aussi. La routine. Sauf qu’une inconnue voilée de blanc apparaît, à chaque fois, près des cadavres.
La Llorona.
En pleine guerre des cartels, les Feds ont autre chose à faire que courir après une légende. Alors, ils ont fait appel à moi, Eva Vargas, la meilleure tueuse à gages et spirite du Mexique. Mais entre les fantômes du passé, les narcos et mon fichu cœur d’artichaut, il va falloir autre chose qu’un téquila blanco pour y arriver sans me brûler les ailes…

Comme j'ai un peu de temps, je suis allée voir sur quelques forums, où on a pu commenter titre et couverture... La couverture fait très Lara Croft ? Oui, c'est exprès, et assumé, et voulu. Eva Vargas est une mercenaire à mi-chemin entre le Desperado de Rodriguez et Lara Croft. Le 4ème est bit-lit ? Même s'il ne s'agit pas de bit-lit "archétypale", même si c'est avant tout un polarfantastique et que le propos est (forcément) engagé,  cela s'en rapproche par certains codes (narration principalement à la première personne, héroïne plutôt sexy et rebelle, etc.)... Là aussi, c'est assumé
Moralité, si la couv ne vous parle pas, si la littérature populaire (comme la défunte collection Club Van Helsing ou certains titres de bit-lit) ne vous parle pas et que vous n'aimez pas les films de Rodriguez... Je ne peux plus rien pour vous!



jeudi 22 juillet 2010

Celui dont elle rêvait...

Cet article de blog est dédié à Elvire.

Je l'avais peut-être écrit sur mon ancien blog - tant pis. Llorona On The Rocks sort cet automne, chez Argemmios (en lien dans la rubrique liens)! Au casting : Lucie Chenu (direction littéraire) et Fabien Fernandez (aka Fablyrr, aka MON Fabien) à la couverture... Je ne peux vous endire plus pour le moment. Mais je peux vous faire quelques spoilers...

Celui dont elle rêvait...

video


Celui dont elle tomba amoureuse...


video


Cette fille? On l'appelle...


... Evelia.

mardi 20 juillet 2010

Croquemitaines sur Ricochet




Croquemitaines
est référencé sur le site de Ricochet. il y a même une superbe critique, signée Danielle Bertrand, dont ne résiste pas au plaisir de vous livrer le début... juste là :

Connaître l’histoire du Croquemitaine et de ses avatars, c’est connaître son ennemi pour mieux s’en débarrasser. D’origine aussi vieille que le monde, il apparaît dès les peintures rupestres, les vases grecs et dans la collection du Professeur Fardetout. Au Moyen Age, la peur du croquemitaine se réduit à l’enfance. De protéiforme qu’il était, il prend visage de la sorcière de Blanche-Neige, du Père Fouettard, alter ego – ou presque- du Père Noël ! Appelé Bonhomme Sept-Heures au Canada ou Mère Tire-bras près des puits ( on pense à Cosette) ou encore terrible Came-Cruse dans le Sud-Ouest, en relation avec l’édition régionale de cet album, toutes ces figures sont cousines des ombres du Horla…

La suite se trouve sur Ricochet - par ici!


lundi 19 juillet 2010

Appel de Médiapart

Pas que je n'ai rien à dire sur mon petit nombril, mes lectures estivales, Anuri - roman en cours - mais il y a une urgence : l'appel lancé par Médiapart pour une justice e et impartiale...

APPEL DU 14 JUILLET

Pour une justice indépendante et impartiale

À propos des affaires Bettencourt

Les affaires Bettencourt qui dominent la vie politique française depuis plus de trois semaines donnent en spectacle une justice aux antipodes des principes directeurs du procès pénal et des exigences du droit européen récemment rappelées par la Cour européenne des droits de l'homme dans ses arrêts «Medvedyev».

Le procureur de la République de Nanterre comme le procureur général de Versailles, du fait de leur lien direct et statutaire avec le pouvoir exécutif, ne peuvent présenter aucune garantie d'impartialité.

Quant à la procédure d'enquête préliminaire privilégiée par le pouvoir dans ce dossier, elle est secrète et non contradictoire.

Il est urgent qu'une instruction soit ouverte et qu'elle soit confiée à un collège de juges indépendants respectant les règles du procès équitable, notamment la présomption d'innocence, le principe du contradictoire et les droits de la défense.

Le discrédit jeté sur notre justice ne doit plus durer.

L'intégralité de l'article et l'appel peuvent être signés sur ce lien.


En couplant cela avec la déclaration de Brice Hortefeux : "Il y a une réalité simple et claire dans ce pays: les voyous et les délinquants n'ont pas d'avenir car la puissance publique finit toujours par l'emporter."...
Est-ce à dire que les voyous et les délinquants qui nous gouvernent vont être enfin destitués et jugés ?
Oups... Il ne parlait pas de la même chose peut-être!

jeudi 15 juillet 2010

Et pendant ce temps-là, à Hanul

Hanul est un quartier de -Denis où vivaient depuis dix ans des Roms. La semaine dernière, pendant que partout, en france, on préparait le 14 t (ou pas) et qu'on s'intéressait (ou pas) à la coupe du monde, que le président se demandait si, en remplaçant les petits fours par des Curly, sa garden party pouvait passer...

La police a fait irruption ce matin à 6h15 dans le quartier du Hanul à Saint-Denis (93). Les habitants et leurs soutiens ont essayé de s'opposer pacifiquement à cette expulsion illégale (les habitants n'ayant jamais reçu aucune notification d'une décision judiciaire). La police a expulsé les habitants par la force et a immédiatement détruit le camp à l'aide de trois bulldozers. Les habitants ont à peine sauvé quelques-uns de leurs papiers, laissant derrière eux dix ans de leur vie. Cette expulsion s'inscrit dans la longue série orchestrée par le préfet Christian Lambert récemment nommé par N. Sarkozy en Seine-Saint-Denis.

Nous rappelons que le Hanul existe depuis 10 ans et avait fait l'objet d'une convention avec la mairie, signée en 2003 par Patrick Braouzec, alors maire de Saint-Denis. Les familles avaient respecté leurs engagements et espéraient donc naturellement le soutien de la mairie de Saint-Denis et de l'agglomération de communes de Plaine Commune. Mais toutes deux sont restées injoignables depuis plusieurs jours.

L'intégralité de l'article se trouve sur le site du MRAP. Sur ce lien.

Ma découverte matinale fait suite, comme la plupart du temps, à la lecture d'un article du blog Fini de rire de Médiapart. Après un article d'avril, où ils expliquent les mesures discriminatoires odieuses prises contre les Rom :

Les citoyens européens peuvent circuler dans les autres pays de l'Union, mais certains n'ont pas le droit d'y séjourner. Pour les nationaux bulgares et roumains, les pays adhérents plus anciens peuvent légalement refuser le séjour s'ils n'ont pas de contrat de travail. Et ceci jusqu'en 2014. Une politique discriminatoire, dénoncée par la HALDE, qui prive Roumains et Bulgares de l'accès à l'emploi dont bénéficient tous les autres citoyens européens.

Les préfets organisent donc des rafales de "retours volontaires" qui font du bien à la politique du chiffre. Avec prise d'empreintes au passage, ce qui fait du bien à la "gestion de l'immigration". Puisque, semble-t-il, cela a un sens de parler d'immigration entre pays européens...

(L'intégralité de l'article peut se lire ici.)

... Fini de rire rapportait ce matin les suites incroyablement violentes de l'expulsion :

[...] Le 8 juillet, les expulsés installent des tentes sur le parvis de la basilique. Les soutiens s'organisent autour d'eux. Vers 21h30, les CRS arrivent. Les tentes sont démontées et les Rroms s'éclipsent. Restent quelques dizaines de citoyens qui protestent contre la destruction du camp.

[...]Jeudi 8 juillet, un certain nombre d'habitants, et de militants d'associations, d'organisations politiques et syndicales (RESF, Réseau Solidarité Logement, MRAP, SUD, PCF, NPA, Alternative Libertaire…) animés par des convictions humaines et solidaires sont venus soutenir le camp de réfugiés Rroms dressé en face de la Basilique, les familles étant sans solution de relogement depuis leur expulsion et la destruction du quartier du Hanul où ils vivaient pour certains depuis près de 10 ans.

[...] Aux environs de 21h30, 13 cars de CRS et 10 voitures de police stationnaient sur la place du marché. Nous avons immédiatement interpellé la mairie afin qu'elle demande à la préfecture de renoncer à l'expulsion. Nous lui avons rappelé que les habitants du Hanul, et plus particulièrement les enfants, avaient déjà subi des violences lors de l'expulsion et la destruction du quartier du Hanul le mardi 6 au matin. Nous ne souhaitions pas revivre de telles violences. Plusieurs élus de la majorité, présents sur place ou contactés par téléphone, ne sont pas intervenus.

Aux alentours de 22h, l'opération policière a commencé.

Les familles Rroms ont tout juste eu le temps de fuir, avant que plusieurs dizaines de CRS n'encerclent un petit groupe de 23 soutiens.

Les CRS ont violemment poussé les 23 personnes dans le car, plusieurs personnes ayant pris des coups au passage. Le car a démarré. Arrivé sur la place du marché, le bus a stoppé, et les CRS se sont rués sur un jeune homme parce qu'il prenait des photos. Ils l’ont frappé et jeté dans le car, inerte. Nous avons aussitôt réclamé les pompiers, qui sont finalement venus le chercher au commissariat pour l'emmener à l'hôpital. Ce jeune homme a ensuite été placé en garde-à-vue, puis poursuivi en justice pour entrave au bon déroulement d'une opération policière. Jeudi 8 juillet, un certain nombre d'habitants, et de militants d'associations, d'organisations politiques et syndicales (RESF, Réseau Solidarité Logement, MRAP, SUD, PCF, NPA, Alternative Libertaire…) animés par des convictions humaines et solidaires sont venus soutenir le camp de réfugiés Rroms dressé en face de la Basilique, les familles étant sans solution de relogement depuis leur expulsion et la destruction du quartier du Hanul où ils vivaient pour certains depuis près de 10 ans.

L'intégralité de l'article peut se lire sur leur blog.

Ajourd'hui, l'association Parada se démène pour apporter son soutien aux Rms de Hanul. Vous pouvez trouver plus de renseignements ici.
Pour terminer, une vidéo trouvée sur leur site...

video

samedi 10 juillet 2010

Valse des étiquettes

Je suis sûre d'avoir déjà publié ce type d'article, mais tant pis! Ce n'est pas nouveau, j'ai les étiquettes en horreur : réelles, elles grattent et irritent la peau, virtuelles, elles assassinent. En philosophie, elles s'appellent catégories et si dans l'Organon, elles se constituent comme outils de pensée, par la suite elles enferment, emprisonnent, étouffent. En psychanalyse, elles détruisent en occultant la nécessaire coïncidence entre différentes formes, différentes approches et en s'érigent comme Vérité Universelle là où il ne peut (ne doit) pas y en avoir. En littérature ? Eh oui, j'en viens au cœur du sujet, elles enferment également. Un auteur jeunesse est "jeunesse "avant d'être auteur , auteur de SFFF surprendra s'il ose s'aventurer hors des sentiers du genre - sauf sous pseudo!... Bref, je m'en souviens maintenant, mon article s'appelait Little Boxes, en référence à l'excellente série Weeds.
Moins étiquette, mais plus valse, celle des emplois - ici dans les émissions de radio, hélas de moins en moins indépendante. Ci-dessous le texte de la pétition de Radio france, que je vous invite vivement à lire et signer!

POUR UNE RADIO PUBLIQUE INDEPENDANTE
25 juin, Appel à mobilisation
video




video

mercredi 7 juillet 2010

Marion Cotillard au Congo

Une autre raison pour laquelle j'apprécie tout particulièrement Marion Cotillard : son engagement écologique. Aux côtés de Greenpeace, elle a participé à un reportage sur le pillage des forêts tropicales du Congo - en grande partie par des industriels européens - et ses conséquences dramatiques pour la population et pour l'écosystème de notre planète.
Si vous allez sur le site de Greenpeace (en lien sur mon blog et après la vidéo), vous pourrez voir l'ensemble du reportage dont je vous propose ici un extrait.


video


Le lien vers le reportage complet est par ici.

mardi 6 juillet 2010

Kinshasa

Je viens de terminer Kinshasa, de Jonas Lenn, sorti le mois dernier aux éditions Mango, collection Autres Mondes.


Kinshasa est un labrador, mais il n'est pas un chien ordinaire: génétiquement modifié, il est capable de suivre une piste comme nul autre, ou de projeter son champ de vision hors de son corps pour espionner les malfrats. Car Kinshasa travaille avec le sergent Rizetto pour la police criminelle de New-York. Un jour, alors qu'ils enquêtent sur un trafic d'organes, les choses tournent mal: le sergent est tué, et Kinshasa s'enfuit sur une île abandonnée au large de Manhattan, poursuivi par les tueurs. Mais l'île de Nothern Brother est en réalité peuplée de mystérieux enfants, qui ont recréé là leurs propres codes de vie. Une vie qui pourrait bien être bouleversée par l'arrivée de Kinshasa... et du danger qu'il apporte avec lui.

Kinshasa est un excellent roman jeunesse, qui en plus d'être bien écrit reprend intelligemment Neverland (l'Île de Nulle Part, in french), et des concepts comme ceux de Lost ou de Sa Majesté des Mouches (en plus soft, mais on devine où la haine de Piotr pour Bel-Oeil peut conduire). Sur cette île mystérieuse, deux bandes - d'un côté les garçons, menés par Piotr et de l'autre, les Amazones de Zohra la rousse (clin d'oeil ?), qui se disputent autour de mystérieux totems. Qui sont ces enfants ? D'où viennent les mystérieux pouvoirs de Piotr ? Que font-ils sur cette terre isolée? Kinshasa va essayer, souvent malgré eux, de sauver les jeunes habitants de l'île. Certes, un lecteur adulte et titilleux pourra évidemment trouver des failles au récit - les relations entre les enfants ne sont pas assez creusées, certains protagonistes sont trop peu fouillés - il n'en demeure pas moins que Jonas Lenn réussit à camper une histoire qui tient en haleine de bout en bout, et surtout à réussir à rendre parfaitement crédible le labrador Kinshasa, personnage principal du récit. Kinshasa est un labrador génétiquement amélioré, ce qui rend possible le langage et un mode de pensée accessible à l'humain, mais il demeure chien, avec des instincts, des comportements animaux... Ce qui ne veut pas dire "bête". Jonas Lenn réussit - après, c'est peut-être moi qui extrapole - avec Kinshasa a faire passer admirablement bien le fait qu'il y ait une intelligence animale - non induite génétiquement.

En résumé, Kinshasa est un très bon moment de lecture, qu'un lecteur pourra prolonger avec Chasse à mort (Koontz), Marée Stellaire (Brin), ou, pour un retour aux sources animalières et de bon aloi Le Grizzly (Curwood) et L'appel de la forêt (London). Le lecteur courageux et amateur de philosophie pourra, lui, se lancer dans L'Animal que donc je suis, de Jacques Derrida.

samedi 3 juillet 2010

Lettres aux ténèbres... Le retour

You know what ? I'm happy !
Lettres aux ténèbres ressort en août, à temps pour la convention de Grenoble et la table ronde sur les vampires (avec Fabien Clavel et Jean Marigny) dans une version remaniée et augmentée, avec une nouvelle préface de Jean Marigny, des nouvelles d'amis (Jean Marigny, Gabrielle Triest, Estelle Valls de Gomis et Justine Niogret), une interview réalisée par Rémy Guyard, et une biblio concoctée par Alain Sprauel.... Le tout avec une couverture de Fabien (Fernandez, le mien quoi).

Voici la couverture :

Et le quatrième :

" Ce ne sont pas les masques qui auront eu raison de moi, à la fin - mais le reflet du néant. "

Paris, de nos jours. Une ancienne captive, délivrée des chaînes du monde par le baiser vampirique. Un Tzigane, éveillé à la nuit pour venger les siens. Ambre et Lazzo, deux êtres au bord de l’abîme et de la folie. Leur ennemi ? Il Carnefice, un alchimiste aux appétits monstrueux, déterminé à les détruire. Leur seul espoir ? Une alliance. Mais peut-on briser des murs forgés par des siècles de solitude et de peur ?


Pour cette édition révisée et augmentée de Lettres aux ténèbres et des récits qui font suite, Charlotte Bousquet a invité Jean Marigny, Justine Niogret, Gabrielle Triest et Estelle Valls de Gomis, amis de plume et amateurs de vampires, à la rejoindre.

Lettres aux ténèbres fait indéniablement partie de ces ouvrages précieux que l'on a envie de terminer le plus lentement possible afin d'en saisir toute la substance et profiter un maximum du plaisir de lecture qu'il offre.
Vampirisme.com

En mêlant à l'univers vampirique des pensées philosophiques (et surtout en le faisant de la bonne manière), Charlotte Bousquet signe ici un ouvrage à la fois original, intéressant et intelligent.
Elegy

Ah, et ce n'est pas parce que je change de blg que j'arrête les dolls!


Esther

jeudi 1 juillet 2010

Ca risque d'être un peu long...

Il faut que j'apprenne à maîtriser les arcanes de ce système de blog. En attendant que tout se mette en place, je vous propose des liens :
- Vers le forum d'Actu SF où vous trouverez le journal des Imaginales, avec les conférences enregistrées, les liens amis, etc. Par ici!
- Vers le blog de Courants Noirs : il y a les teasers de tous les romans parus! Par !
- Vers le blog de Fabien Fernandez : parce que c'est lui... C'est de ce côté!

A très bientôt!