Derniers articles

lundi 28 novembre 2016

Contradictions, compromissions, questions

T'es quelqu'un de bien au quotidien,
Le genre à sourire, à aimer ton prochain.
T'aimes pas médire et tu préfères te taire
Plutôt qu'émettre un jugement arbitraire.
Tes amis sont blacks, beurs, blancs,
Ton cousin et son homme ont adopté un enfant.
Tu t'es battu pour la liberté d'être qui l'on veut
Pourvu que chacun soit heureux.

Mais quand s'agit de voter
T'oublies, et tu te laisses porter
Par la téléréalité version politique.
Tu ne vois plus l'éthique acrobatique
Des candidats, et leurs compromissions,
Les mots sécurité, réforme, immigration,
Te les font élire, réflexes conditionnés
Par des années de shows médiatisés.

Et tant pis si à la fin il ne reste rien de tes belles idées, de tes rêves d'humanité, de fraternité...  

Dès leur naissance t'as inculqué à tes mômes
Le respect de l'autre, et aussi que l'homme
Et la femme naissent libres et égaux en tout.
Tu sais que les réfugiés sont des gens comme nous.
Tu crois que le monde peut vraiment s'améliorer,
Que l'éducation est à la base de la société,
Que lire n'est pas une perte de temps, que rêver
C'est un truc important qu'il faut encourager,
Vraiment, et que protéger, réparer l'environnement
Lutter contre le réchauffement, ça devient urgent.
Tout comme préserver les espèces en danger,
Les abeilles, les loups et la biodiversité.

Mais quand s'agit de choisir
Entre ta carrière  et l'avenir,
T'as la morale acrobatique et l'éthique amnésique.
C'est logique t'es une bête politique.
Les mots réforme, immigration, sécurité,
fonctionnaires, déficit,  austérité,
Activent, réflexes conditionnés,
Les électeurs que tu cherches à gagner.
Tu le sais tu en uses, même si tu n'y crois pas:
Tout ce qui compte, c'est de réussir à drainer des voix

Et tant pis si à la fin il ne reste rien de tes belles idées, de tes rêves d'humanité, de fraternité...

Et pourtant...
T'es quelqu'un de bien au quotidien,
Le genre à sourire à aimer ton prochain ...









samedi 26 novembre 2016

Un prix pour Là Où tombent les anges

Là où tombent les anges a remporté le Prix du Jury du livre numérique, organisé par Youboox : ici. Je suis d'autant plus ravie que c'est en grande partie grâce au bouche à oreilles de la blogo/youtubo/ sphère que ce roman se fait connaître. Et puis, quoi de mieux qu'un thème comme le changement ? 
je vous livre ici une chronique du Bazar de la littérature, qui participait au jury du prix :

je revenais d'une journée dans la boue, je ne m'en tire pas si mal, hein ? 




L'article, sur IDBOOX est lisible dans son intégralité sur ce lien. Et, comme les prix étaient dotés d'un budget de publicité , vous devriez entendre parler de mon roman sur la toile et ailleurs d'ici peu!

mercredi 16 novembre 2016

Salons- nouvelles - et nouvelle

D'abord, la magnifique couverture du recueil de nouvelles Contes d'Ecryme, à paraître en janvier 2017 aux éditions Mnémos. Dirigée par Isabelle Périer, cette anthologie est la jumelle du jeu de rôles Ecryme, qui paraît en même, temps chez Matagot et développe le bel univers de Mathieu Gaborit.

Auteurs : Raphaël Albert, Charlotte Bousquet, Alexandre Clavel, Fabien Clavel,  Estelle Faye, Mathieu Gaborit, Arnaud Gaugain, Raphaël Granier de Cassagnac,  Nicolas Le Breton, Tristan Lhomme, Samuel Metzener, Franck Plasse

Et donc...
Ce week-end, je serai présente vendredi et samedi au salon du livre du Touquet, pour des rencontres et des dédicaces. Dernière chance de trouver Le Dernier ours, car il est en rupture de stock pour le moment !

Mon dernier salon de l'année sera bien sûr le SLPJ de Montreuil.

Je participerai à une table ronde sur le féminisme et l'émancipation en compagnie de Sarah Turoche-Dromery le vendredi 2 décembre, à 13H.

Et voici mes horaires de dédicace :


duréestand
vendredi 2 décembre10h00Rageot Éditeur2 heures 30G21
vendredi 2 décembre14h00Gulf Stream Éditeur2 heuresF21
samedi 3 décembre17h00Gulf Stream Éditeur2 heuresF21
dimanche 4 décembre17h30Gulf Stream Éditeur1 heure 30F21


jeudi 10 novembre 2016

2017

J'entends autour de moi des "ils se ressemblent tous", "en 2017, ce sera Le Pen contre X ou Y", les X ou Y étant soit Juppé/Fillon soit (plus vaguement) un PS non identifié. Pas une fois la possibilité d'un  mieux n'est évoquée. "On n'y croit pas." "Ca ne sert à rien." Ou encore "Je l'aime pas il a une grande gueule" (généralement, c'est ce que les médias disent des hommes de vraie gauche et l'image qu'ils font passer de lui, comme ils taxent les femmes politiques d'hystériques agressives... si si, je vous assure). 
Etre défaitiste, c'est peut-être être réaliste. 
Peut-être qu'effectivement, en 2017, on aura un énième énarque ultracapitaliste-mais-rassurant-parce qu'homme de chiffres- de droite- sérieux. Peut-être qu'on aura Trumpette et sa clique (autant vous dire que je risque d'avoir des soucis vu ce que je publie... ) 
Mais ce que je crois surtout, c'est que nous sommes à un tournant de notre existence, en France mais aussi dans le monde. Nous sommes en plein dans la 6ème extinction. Nous sommes en train de détruire cette planète, que nous laissons aux mains d’industriels et d'ordures qui se foutent bien de l'avenir pourvu qu'ils s'engraissent. Nous sommes en train de laisser des dizaines de milliers de personnes crever, sous les bombes, la torture, tout en "les renvoyant chez eux" (mais c'est quoi, chez eux ? Une condamnation à mort, non ?).
 En France, nous bradons ce qui fait notre culture au nom de la rentabilité. Surpression de poste dans les hôpitaux, suppression de budgets liés à la culture et à l'éducation. Taxes, toujours plus importantes, des petites entreprises (ce qui permet du coup au libéralisme de leur faire des clins d’œil alors que  tout ce qui intéresse le grand capital, c'est les absorber dans des grandes structures et faire du profit), abandon complet des petits producteurs écrasés par des normes européennes, absurdité totale du système de chômage (on est "puni" de ne pas avoir d'emploi ? ), politique du chiffre, de la rentabilité, de la déshumanisation des gens. 
Et tout cela défendu par des médias au service des politiques et des industriels (A qui appartiennent les journaux ? Les télés ? ), qui s'occupent plus de faire du buzz et de la télé-réalité que de faire du vrai journalisme. 
Aujourd'hui, je n'ai pas envie d'être défaitiste. J'ai envie de croire que mes nièces, que les enfants de mes amis, que les ados que je rencontre régulièrement dans les collèges, les lycées, pourront vivre dans un monde pas totalement pourri. Avec de vraies prises de conscience. De vrais changements. Et de l'espoir. 
Aujourd'hui, j'ai envie de réfléchir sur des programmes politiques proposant des réflexions de fond, de vrais débats, intelligents - et pas un concours de popularité à l'américaine. 
Donc, oui, je soutiens JLM. Activement. Mais surtout, je soutiens sa démarche et les idées qu'il défend

 Débat avec Noël Mamère. 
Et oui, JLM est écolo. Et oui, JLM est sensible à la cause animale.

Et en ce moment même, un direct très intéressant sur la sécurité, le terrorisme et la société, avec de vrais gens sérieux :
– Georges Knecht, secrétaire général du SNIPAT-FO (syndicat national indépendant des personnels administratifs et techniques), membre de la FSMI-FO (Fédération des syndicats du Ministère de l’intérieur)
– Laurence Blisson, magistrate, secrétaire nationale du syndicat de la magistrature
– Vincent Drezet, ancien secrétaire national de Solidaires Finances publiques
– Djordje Kuzmanovic, analyste géopolitique
– Alexandre Langlois, Gardien de la paix au Renseignement territorial
– François Pirenne, Spécialiste du renseignement


Je vous invite à regarder, à réfléchir, à envisager le mieux au lieu d'envisager le pire.
#Franceinsoumise

lundi 7 novembre 2016

Retour sur le prix 15/17 de la foire de Brive

Ce week-end, j'étais donc invitée à la Foire du livre de Brive pour recevoir le prix 15/17, aux côtés de l'adorable Eric Sénabre, lauréat du 12/14. Un prix de lecteurs, remis en partenariat avec le Crédit Agricole et doté, ce qui n'est pas rien quand on connaît un peu la situation de l'auteur moyen en France. 
A ce propos, petite anecdote : je suis rentrée, par le train des auteurs (oui, on peut quand même manger végétarien), avec un éditeur qui m'a appris que les bénéfices engendrés par la culture, en France, étaient trois fois supérieurs à ceux de l'automobile. Ça laisse rêveur quand on sait que, depuis 10 ans au moins, l'état sucre les budgets culture des régions, et tout ce qui y est lié est considéré avec une légère touche de condescendance (ça ne rapporte rien, ce n'est pas réaliste). Bref...




Je suis d'autant plus heureuse d'avoir remporté ce prix qu'il s'agit d'un roman assez ambitieux, puisque c'est une libre interprétation d'un classique du théâtre (et d'un mythe, aussi...) : Don Juan. A ce propos, même si chez Rageot, les décisions sont souvent collégiales, je remercie tout particulièrement Guylain pour son travail sur le texte et nos discussions toujours constructives, ainsi que Axelle et Anne qui ont énormément soutenu le roman.
Comme quoi, il faut arrêter de penser que les ados "ne lisent pas", "ne s'intéressent pas", "ne comprennent pas" (les classiques), etc. S'ils aiment Tant d'étoiles dans la nuit et Songe à la douceur (de ma copine Clémentine Beauvais, chez Sarbacane), c'est bien la preuve du contraire...
Retour en photos sur ces bons moment en compagnie de mon co-lauréat, de Raphaëlle et des ados...

photo : M. Coueslan

photo : M. Coueslan


avec Eric. photo : M. Coueslan

avec Eric et Raphaëlle. photo : M. Coueslan
Et puis, quelques photos prises par les parents de Louise, de l'interview que nous avons faites toutes les deux pour France 3 (après passage obligé chez la maquilleuse!)


En résumé, un superbe week-end, avec des lecteurs, des amis, et de belles rencontres! Un merci final (mais pas des moindres) à la librairie Chantepage, aux libraires et aux bénévoles qui ont été super ainsi qu'à Hafida :)